Distanciel is the new Présentiel



L’annonce du premier confinement, puis du deuxième, a bouleversé nos vies et celles du monde de l’entreprise. Il a fallu réinventer les manières de travailler, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le distanciel est devenu la nouvelle norme. Le télétravail non choisi n’étant pas forcément facile à vivre, nous devons mettre en place quelques règles d’or pour transformer ce distanciel en « new présentiel » !


Alors qu’au printemps dernier, nous pensions vivre une situation exceptionnelle qui ne se reproduirait pas à l’avenir, ce deuxième confinement nous met face à une autre réalité qui devient notre nouvelle normalité. Le point de départ est d’accepter que cette situation est bien présente, qu’elle risque de durer et / ou se reproduire et que l’on ne peut rien y changer. Le fameux lâcher prise que l’on évoque beaucoup en développement personnel ! Accepter et lâcher prise ne signifie pas être dans l’inaction. Au contraire, comme l’a dit Reinhold Niebuhr, “je dois accepter les choses sur lesquelles je n’ai pas d’emprise, avoir le courage de changer les choses que je peux changer et avoir la sagesse de faire la différence entre les deux”.


C’est au moment où il est au pied du mur que l’Homme devient résilient. Il se réinvente et s’adapte à un nouvel environnement qu’il n’a pas choisi à la base.

Concernant le travail à distance, il s’agit donc de faire évoluer nos modes de travail et nos comportements.




Les règles d’or du travail à distance doivent être co-construites en équipe, et en distanciel bien sûr. Voici les 5 conseils qui me paraissent les plus pertinents :


  • Ne pas être intrusif.

On ne lance pas une visioconférence sans prévenir son collègue au préalable. Sinon, cela reviendrait à entrer dans le bureau de quelqu’un à l’improviste, sans frapper.

  • Reproduire des moments de convivialité

Il n’est pas impossible de reproduire en distanciel les temps off du présentiel. Cela peut se traduire par une confcall “machine à café” disponible en permanence, des discussions par messages privés en one to one avec un collègue, des temps ludiques à distance pendant la pause déjeuner comme par exemple des jeux en ligne ou une séance de méditation.


  • Rester concentré sur une tâche à la fois

En présentiel, lorsqu’on suit une formation, il est inconcevable de faire autre chose en même temps. A distance, la tentation peut être forte de suivre sa formation d’une oreille tout en travaillant sur un dossier en parallèle. C’est une erreur car à vouloir tout faire en même temps, on s’éparpille et on bâcle notre travail.


  • Faire des journées à distance …. du distanciel !

Une overdose de réunions peut vite arriver. Les réunions en ligne n’échappent pas au risque de réunionite aiguë. Il serait judicieux d’établir une journée par semaine durant laquelle aucune confcall ou autres visio n’est organisée. Ainsi, il est plus facile de se concentrer sur les missions qui nécessitent un travail de fond et de la concentration.


  • Accentuer les temps d’inclusion et d'exclusion.

Au sein de l’entreprise, avant chaque réunion, le temps de déplacement entre notre bureau et le lieu de la réunion nous permet de nous déconnecter de nos autres dossiers pour se concentrer sur l’objet de la réunion. Idem en fin de réunion. Il est donc important de reproduire ce temps en distanciel afin de se connecter et se déconnecter en douceur de chaque réunion. Pour ce faire, avant d’entrer dans le vif du sujet, on peut demander à chacun comment il va et comment il se sent par rapport aux sujets de la réunion. C’est la même chose en intelligence collective où l’on prend le temps de permettre à chacun d'exprimer son état d'esprit au début et à la fin de l'atelier.


Si vous souhaitez approfondir ces points en mettant en place une stratégie pour que le distanciel soit le mieux vécu possible dans votre entreprise, envoyez-nous un message à celina@kaleidoscope-mgt.com !